Cybermag / A la une / Check-in simplifié pour les professionnels à l’École hôtelière de Genève

Check-in simplifié pour les professionnels à l’École hôtelière de Genève

L’EHG propose un cursus en deux ans pour les détenteurs d’un CFC du domaine de l’hôtellerie ou de la restauration

Patrick Bagnoud

Parmi les 300 élèves que compte l’École hôtelière de Genève (EHG), unique École supérieure romande du domaine, 21% sont issus de la filière professionnelle (CFC de cuisinier, spécialiste en restauration et spécialiste en hôtellerie). Ces derniers bénéficient d’une admission directe et d’un parcours raccourci en deux ans, alors qu’un cursus général s’étend sur trois ans. Les différences de parcours concernent principalement le nombre de stages. Les professionnels n’effectuent en effet qu’un stage de six mois, contre trois stages de six mois chacun pour les élèves provenant d’autres filières. Ils profitent aussi d’un programme allégé lors du premier semestre qui met l’accent sur l’alternance entre pratique et théorie dans les trois secteurs clés que sont la cuisine, le service et l’intendance-réception. «Ces bases sont essentielles pour la crédibilité de ces futurs gestionnaires, puisqu’ils seront aptes à occuper des postes de cadre en hôtellerie et restauration, mais aussi dans les métiers de service liés au domaine du luxe, du tourisme ou des multinationales, pour n’en citer que quelques-uns», précise Claire Zendali, directrice commerciale de l’EHG. La formation comprend également l’obtention du diplôme cantonal de cafetier (patente) et l’attestation de formateur d’apprenti. «Nos diplômés possèdent ainsi toutes les compétences pour ouvrir un établissement, même si le dernier stage débouche souvent sur un premier emploi», relève la directrice.

Il suffit d’un déclic

Âgé de 22 ans, Kevin Sturzenegger va commencer son troisième semestre à l’EHG. Son objectif est de rejoindre une grande entreprise, une assurance ou une banque, des secteurs qu’il sait friands du savoir-être et de la rigueur des diplômés de l’école. «J’ai beaucoup appris lors de mon apprentissage de cuisinier dans un établissement noté 16/20 au Gault et Millau. Tant d’un point de vue professionnel que personnel, révèle le jeune homme. Cette solide formation m’a ouvert des portes qui m’étaient inaccessibles avant, l’école n’étant pas mon point fort.» Comptabilité, marketing, gestion de la restauration ou d’entreprise lui parlent désormais. «Nos enseignants sont tous du métier, à l’exemple de celui de marketing qui a été directeur de ce secteur pour un cinq-étoiles, rapporte le jeune homme. Ils éclairent la théorie par des anecdotes vécues, ils sont passionnants.» Au point que ses professeurs lui donnent l’envie de bûcher tard le soir. Il évoluera les six prochains mois au Starling Hôtel de l’aéroport. L’occasion de mettre en application les enseignements de l’EHG et ses connaissances des produits en cuisine lors d’un stage dans le secteur du contrôle des coûts. Suivront un dernier semestre de cours axé sur la gestion, puis son travail de diplôme, avant de probablement rejoindre les quelque 93% d’élèves qui réussissent au premier tour.

De l’addition à la gestion

«Mon apprentissage dans une brasserie lausannoise s’est révélé être une bonne base pour mes études à l’École hôtelière», raconte Jessica Roulin, 22 ans, détentrice d’un CFC de spécialiste en restauration. Curieuse et motivée, se projetant
dans sa future carrière, son choix se porte sur l’EHG qui lui offre l’opportunité de découvrir tous les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration (événementiel, ressources humaines, finances ou encore housekeeping). «Mon passage par le service des chambres m’a permis de me rendre compte de la difficulté de la tâche. Un aspect à ne pas oublier si je m’oriente vers les ressources humaines», note l’étudiante du deuxième semestre. Autre découverte: la comptabilité. «C’est une
matière nouvelle que j’adore car je peux la lier à du concret, à un travail, à des produits», poursuit Jessica Roulin, qui se réjouit de son semestre de stage à venir dans le secteur financier de l’Hôtel Royal Savoy. Une fois son diplôme en poche,
elle envisage d’approfondir ses connaissances à la Haute École de gestion (HEG). «Notre diplôme permet de suivre une passerelle de cinq semaines intensives proposée par la HEG et d’accéder ainsi directement à la deuxième année du bachelor en économie d’entreprise. En quatre ans, un jeune professionnel peut obtenir son diplôme EHG et son bachelor», précise Claire Zendali.

Check-in simplifié pour les professionnels à l’École hôtelière de Genève