Cybermag / A la une / Genève veut rester à la pointe dans la formation continue des adultes

Genève veut rester à la pointe dans la formation continue des adultes

L’offre se maintient et se développe malgré la disparition d’un acteur important dans le canton

Eliane Schneider

La Fondation pour le développement de l’éducation permanente (FDEP) passe la main. La fondation genevoise, créée en 1999 par un groupe d’enseignants universitaires, a remis son dernier prix annuel il y a quelques jours. Plusieurs associations vont prendre le relais pour continuer de promouvoir des formations facilitant l’insertion sociale et professionnelle des adultes pas ou peu qualifiés et valoriser la qualification des formateurs d’adultes: à Genève, le C9FBA (qui regroupe Camarada, Lire et Ecrire, OSEO Genève, Réalise, Université ouvrière de Genève, Université populaire albanaise, Université populaire du canton de Genève et Voie F) et, au niveau régional, la Coordination romande pour la formation de base des adultes. «A l’origine, il s’agissait de contrecarrer l’adage qui veut que «moins on est formé, moins on se forme» et mettre en oeuvre un concept qui était alors presque militant: apprendre tout au long de la vie», rappelle Danielle Beltrametti, président de la FDEP. La fondation a fini par s’essouffler, faute de moyens financiers et de forces vives. «Mais ses valeurs vont demeurer, assure Carole Breukel, membre de l’association Camarada. Nous héritons de sa philosophie, où l’humain trouve sa place au centre de la formation, loin des labels et des structures parfois intimidantes.»

Des projets innovants

En parallèle de leur activité principale, les membres de la fondation genevoise n’ont cessé de rechercher des fonds afin de remettre chaque année un prix soutenant un projet de formation novateur. «Un atelier de sérigraphie, ainsi épaulé, a propulsé de nombreuses femmes migrantes directement sur le marché de l’emploi dans des domaines aussi variés que l’horlogerie ou la manutention de précision, témoigne Carole Breukel. Cette année, c’est une démarche intitulée Smoothy Nomade qui a été récompensée. «Au terminus du M2, à Epalinges, toute une foule de jeunes pendulaires passe quotidiennement pour rejoindre le centre de recherche scientifique Biopôle ou l’École hôtelière de Lausanne, raconte Eva Roth-Kleiner, responsable du projet lauréat. Notre objectif est de leur faire rencontrer de jeunes réfugiés Afghans ou Erythréens résidant sur la commune, en les amenant à acheter les smoothies fraîchement confectionnés par ces derniers.» La préparation et la vente de ces jus de fruit très tendance permettra aux réfugiés d’apprendre des bases de français et de mathématique mais aussi d’hygiène et de marketing. «Outre ces formations de base, l’approche reste polyvalente. Elle permettra d’une part de créer du lien, de donner du sens et de rythmer les journées de ces jeunes arrivants, de les mettre en valeur, tout en permettant aux pendulaires de mieux comprendre la situation des migrants et de contribuer à leur intégration professionnelle, sociale et culturelle, se réjouit Eva Roth-Kleiner. Le Prix FDEP nous permettra de concrétiser le projet dès le printemps prochain.»

Une nouvelle loi

«Le développement économique actuel, la transformation des métiers et les qualifications professionnelles exigées aujourd’hui produisent dans leur sillage une précarité grandissante. La formation, qu’elle soit initiale ou continue, facilite l’insertion et l’évolution professionnelle et sociale des adultes pas ou peu qualifiés», a rappelé Daniele Beltrametti lors de la remise du prix. Une démarche dans laquelle le canton de Genève a joué (et continue de le faire) un rôle pionnier. «L’entrée en vigueur de la loi fédérale sur la formation continue en janvier prochain est aussi l’occasion de souligner notre investissement en la matière, insiste Grégoire Evéquoz, directeur général de l’Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue (OFPC). Dans le champ de la validation des acquis, bien sûr, mais aussi, plus récemment, dans celui de la certification des compétences de base, deux domaines désormais prioritaires pour la Confédération.»

Genève veut rester à la pointe dans la formation continue des adultes