Cybermag / A la une / L’assistante médicale, un maillon fort du domaine de la santé

L’assistante médicale, un maillon fort du domaine de la santé

Pour connaître la polyvalence du CFC en trois ans d’assistante médicale, focus sur Amandine Dentand, apprentie en troisième année.

Eliane Schneider

Il est 8 h 00. Les portes du centre médical, au coeur de Genève, s’ouvrent au public. En blouse violette et masquée, Amandine Dentand, assistante médicale de troisième année, entame une journée qui ne ressemble à aucune autre.

Actes médicaux

La professionnelle s’affaire déjà au téléphone pour gérer les dossiers administratifs de facturation et d’assurance maladie, tout en accueillant le premier patient de la matinée. Après l’avoir installé dans la salle d’examens, elle le rassure, calmement, sur la suite des événements: mesure de la tension, pesée et prise de sang, avant la pose de l’électrocardiogramme. En attente de la suite des directives de la médecin, Amandine pourrait encore préparer le patient à procéder à une éventuelle radiographie du thorax, qu’elle activera elle-même. Quelques minutes plus tard, elle file au laboratoire pour effectuer les analyses sanguines (coagulation, taux d’hémoglobine, etc.) nécessaires au diagnostic du patient. Sans oublier d’entretenir et stériliser les instruments utilisés. L’hygiène et la propreté font d’ailleurs partie de la formation. «Mais la crise sanitaire les a exacerbées, créant parfois du stress auprès des patients… et des professionnels. L’écoute et la courtoisie restent des remèdes d’une grande efficacité», glisse-t-elle discrètement.

Tournus d’équipe

Sa qualité d’apprentie lui permet d’assister, selon un tournus d’équipe bien défini, chacun des praticiens du lieu, sous la supervision de sa formatrice attitrée. Sa connaissance des spécialisations médicales (avec tous les instruments et actes médicaux liés) telles que la neurologie, la psychiatrie, la gynécologie, l’ophtalmologie, etc., s’est approfondie au fur et à mesure de son cursus. «Et la pédiatrie, que je préfère!» C’est d’ailleurs cette spécialité qui l’a fait opter pour cet apprentissage, après un stage décisif dans ce domaine et un certificat de l’École de culture générale, option santé.

Approche différenciée

Depuis trois ans, l’apprentie appartient à part entière à l’impressionnante équipe de professionnels: «Je collabore avec des secrétaires, des infirmières, des diététiciennes, des physiothérapeutes et des médecins généralistes ou spécialistes.» Il ne faut pas confondre le métier de la secrétaire médicale (qui s’occupe essentiellement de l’administration et la gestion d’un cabinet) avec celui de l’assistante médicale qui peut soutenir le médecin en procédant également à des soins, des actes médicaux (par exemple: prise de sang, perfusion) sans oublier le laboratoire et la radiologie. Entreprendre un apprentissage dans ce grand centre lui procure un entourage qu’elle n’aurait pas connu en cabinet privé. En effet, toujours sous la responsabilité de sa formatrice, l’équipe entière participe à sa formation. «Cela me permet de «tirer» des informations très complémentaires, de comprendre différents points de vue et approches professionnelles. C’est clairement un avantage», conclut Amandine Dentand.

Plus d’informations www.orientation.chet www.agam-ge.ch

L’assistante médicale, un maillon fort du domaine de la santé