Cybermag / A la une / La recherche de fonds se professionnalise

La recherche de fonds se professionnalise

 Le CAS en recherche de fonds - unique en Suisse romande - dispensé à la Haute école de gestion de Genève (HEG) formalise ce domaine porteur 

Eliane Schneider  

Profiler son CFC d’employé de commerce, formaliser ses connaissances ou compléter une activité professionnelle indépendante dans un domaine qui prend aujourd’hui de l’ampleur? «Ce nouveau programme, de niveau tertiaire, forme des personnes capables de mener à bien des campagnes de recherche de fonds, d’acquisition et de fidélisation de mécènes, donateurs, sponsors ou encore partenaires publics ou privé, assure Sébastian Chiappero, co-directeur du CAS (Certificate of Advanced studies), à la HEG. Tous les secteurs du «fundraising» (social/humanitaire, culturel, sportif, environnemental) sont abordés. Et le contexte de crise économique actuelle, liée au Covid-19, soumet la recherche de fonds à une concurrence inédite.» 

Se démarquer 

«Il faut être pro pour se démarquer! Et se former permet de sortir du lot. Le CAS apprend autant à parler aux entreprises qu’à manipuler la gamme des outils de recherche de fonds», admet Sébastian Chiappero. La dimension digitale (crowdfunding), les dossiers de sponsoring, de mécénat, de subventions s’opèrent, par exemple, via le mailing, le street marketing, les campagnes digitales, le réseautage traditionnel, le démarchage de sponsors. 

Les banques, les grandes entreprises et les institutions doivent satisfaire un maximum de demandes de fonds. Avec moins de ressources! La pratique évolue donc en impliquant davantage les partenaires dans des projets «gagnant-gagnant», résumée ainsi par le spécialiste: «Par exemple, la demande de fonds est de 10'000.- francs. L'association demanderesse fait l'effort de trouver les 8'000 premiers francs et le bailleur de fonds octroie les 2'000.- derniers francs manquants». 

Responsabilité sociale 

Le don créé de la valeur. Mais comment créer de la valeur tangible (don financier) ET intangible? L’approche contemporaine, par la responsabilité sociale des entreprises, mobilise une véritable communauté dans le sillage d’un projet. Par exemple, donner de l’argent pour nettoyer les rives du Léman permet à l’entreprise donatrice d’acquérir de nouveaux collaborateurs et les fidéliser autour de ces valeurs spécifiques d’écologie, en communiquant intensément sur les thématiques soutenues dans le journal interne, sur les réseaux sociaux. «De petits investissements, parfois de gros impacts!» lance le spécialiste. 

Adapté à la situation professionnelle 

Pour Céline Pellet, CFC de commerce en poche avec de la pratique administrative, la motivation à entamer cette formation réside dans l’évolution de sa carrière: «Mon univers professionnel se réfère largement à la philanthropie. Professionnaliser les stratégies et les démarchages par des outils efficaces n’est plus une option. J'acquiers des connaissances que je partagerai d'ailleurs volontiers au sein de mon service.» Olivia Gerig, spécialiste en communication, travaille pour une ONG et possède une pratique dans la recherche de fonds. «Ce CAS permet une reconnaissance de mes acquis d’expérience, tout en mettant à jour les techniques et le panorama des bailleurs de fonds. L’émulation entre les étudiants de tous horizons et le travail de diplôme en lien réel avec ma situation professionnelle sont des plus-values». Quant au juriste spécialisé dans le domaine des droits de l’enfant Hervé Boéchat, ce CAS ajoute une corde à son arc, en consolidant son activité indépendante: «J’ai trouvé ce complément nécessaire à mon offre de services. Un marché de niche! Et dans le trend, car tout le monde cherche des fonds sans vraiment savoir comment s'y prendre». Cette formation est la preuve d’un besoin. Et démarque le CV. 

Plus d’information : HEG : https://www.hesge.ch/heg/formation-continue/cas/rf/formation-en-recherche-fonds et www.orientation.ch

La recherche de fonds se professionnalise