Cybermag / A la une / Un CFC, unique en Suisse romande, pour les employés de bibliothèque

Un CFC, unique en Suisse romande, pour les employés de bibliothèque

Un cursus d’agent en information documentaire en dix-huit mois sera lancé en janvier 2019

Martine Andrey

Pour la première fois, l’École professionnelle commerciale de Lausanne (EPCL), avec l’accord de la délégation à la formation Information et Documentation, a mis sur pied une formation permettant aux adultes travaillant dans des bibliothèques, services d’archives ou centres de documentation d’obtenir leur CFC d’agent en information documentaire (AID) sous l’égide de l’article 32*. «C’est l’aboutissement d’un projet qui permet à ces collaborateurs actifs depuis de nombreuses années d’accéder à une reconnaissance de leur engagement et de leur offrir une formation adaptée pour se préparer aux examens du CFC», explique Laurent Voisard, directeur de Bibliomedia et président du groupe régional romand de la Communauté de travail des bibliothèques suisses de lecture publique, à l’origine du projet.

Un enseignement intensif

Ouverte à tous les candidats romands qui justifient de l’expérience professionnelle requise, cette formation intensive débutera en janvier 2019 et durera dix huit mois. «Tous les vendredis du premier semestre, les participants effectueront une mise à niveau accélérée en acquisition, catalogage,
archives, numérique, culture professionnelle et recherche, selon le plan de formation des deux premières années d’apprentissage, décrit Mostapha Najem, enseignant à l’EPCL, qui chapeaute le programme des cours. Ils intégreront ensuite la troisième année du cursus normal sans suivre de cours interentreprises.» Cette première volée passera ses examens de fin d’apprentissage au mois de juin 2020. Les candidats attestant un niveau de formation correspondant au niveau demandé pour les examens de fin de CFC pourront être dispensés des enseignements de langues (anglais et allemand), d’administration et de culture générale. La plupart des quinze élèves actuellement inscrites, titulaires d’une maturité gymnasiale, seront, quant à elles, dispensées de cours de culture générale.

Portails d’entrée cantonaux

Les conditions d’accès et de financement, ainsi que la procédure d’inscription, étant différentes selon les cantons, les personnes intéressées devront se renseigner auprès de leur office d’orientation (contacts des référents sur le site orientation.ch). «Les résidents vaudois, comme tous les aspirants au CFC d’AID par le biais de l’article 32, doivent justifier de cinq ans d’expérience professionnelle, dont trois à plein temps ou l’équivalent à temps partiel en tant qu’employé de bibliothèque au moment de l’examen final, expose Olivier Richina, psychologue conseiller en certification pour adultes à ’Office cantonal d’orientation scolaire et professionnelle (OCOSP). Le bénévolat, s’il est par exemple attesté par un contrat, sera pris en compte dans le calcul de l’expérience professionnelle. De plus, il n’y a aucune exigence de diplôme et la formation est gratuite pour les candidats.» A Genève, c’est un autre parcours de formation qui est choisi pour l’instant. «Nous rencontrons les candidats pour répondre à leur demande et nous privilégions la voie du positionnement de formation avec intégration dans une classe d’apprentis, précise Christophe Crouzet, conseiller en formation à l’Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue (OFPC). Les adultes suivent aussi les cours interentreprises et passent les examens de fin d’apprentissage, même si un raccourcissement de la formation reste toujours possible.» Les conditions concernant l’expérience professionnelle sont identiques à celles du canton de Vaud. Les candidats doivent également être domiciliés et contribuables à Genève depuis au moins une année sans interruption. Au préalable, ils doivent se renseigner et compléter leur dossier sur l’espace Formation continue de la Cité des métiers.

Inscriptions prolongées

Pour la filière de l’EPCL, le délai d’inscription court toujours. «On peut raisonnablement penser que, jusqu’à la mi-janvier, il est encore possible d’entreprendre la démarche. Mais rejoindre la classe quelques semaines après le début des cours suppose un travail personnel de rattrapage des leçons non suivies», prévient Laurent Voisard. Et Mostapha Najem de préciser: «Les candidats doivent tout de même se dépêcher, car nous avons besoin d’une ou deux semaines de battement pour l’organisation des classes.» La formation sera reconduite sous cette forme si au moins dix personnes s’inscrivent l’année prochaine. Le public potentiel est là, mais «d’un point de vue budgétaire, cela dépend du Canton de Vaud, puisque cela implique d’engager des professeurs. La décision revient donc à ce dernier et à l’EPCL», nuance Mostapha Najem.

* Article 32

L’article 32 de l’Ordonnance sur la formation professionnelle permet aux adultes, au bénéfice de plusieurs années d’expérience professionnelle dans un métier, de se présenter à la procédure de qualification dudit métier en vue d’obtenir un certificat fédéral de capacité (CFC) ou une attestation fédérale de formation.

Un CFC, unique en Suisse romande, pour les employés de bibliothèque