Aller au contenu

100 ordinateurs pour les apprentis remis par le Rotary

C’est bientôt Noël: les Rotary Clubs de Genève, en partenariat avec l’OFPC, donnent un coup de pouce aux jeunes dans le besoin

«Lors des cours en ligne, il est absolument impossible d’étudier sans ordinateur», déplore Freyzel Tereza, apprentie employée de commerce de première année chez Strategis Consulting. «A la maison, nous n’avions qu’un ordinateur pour quatre personnes. Alors je me connectais avec mon smartphone. Mais à cause des coupures fréquentes, il était compliqué de suivre les cours», explique l’adolescente âgée de 16 ans. Sa famille est arrivée d’Inde voici seulement trois ans. Son père cuisinier et sa mère au foyer n’avaient pas les moyens d’acheter un ordinateur supplémentaire. «Alors quand j’ai reçu l’invitation à en recevoir un gratuitement, j’ai sauté sur l’occasion», se félicite Freyzel Tereza. Même enthousiasme chez Natnael Okubazghair. Aujourd’hui apprenti électricien de montage en dernière année chez Sedelec, il est venu seul d’Erythrée à 15 ans comme réfugié. Après avoir vécu dans un foyer puis dans une famille d’accueil, le jeune de 21 ans réside à présent en colocation en appartement. «Je paie mes factures grâce à mon salaire d’apprenti et une petite aide financière de l’Etat. Mais je ne parviens pas à épargner. Je n’avais donc vraiment pas de quoi m’offrir un portable», souligne le jeune homme.

900 jeunes sans ordis

Freyzel Tereza et Natnael Okubazghair ne sont pas les seuls dans cette situation. Près de dix pourcent des apprentis n’ont pas les moyens de se procurer un ordinateur dans le canton de Genève. Soit quelque 900 jeunes. «Dans certains domaines de formation professionnelle, cet outil est même devenu obligatoire, explique Nadia Ourrad, cheffe de projet à l’office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue (OFPC). C’est le cas pour le commerce, la construction ou encore le service, l’hôtellerie et la restauration.» Fort de ce constat, l’OFPC a lancé le projet «e-apprentissage» en début d’année scolaire. Financé par les Rotary Clubs de Genève, Genève-Sud, Genève-Palais Wilson, Genève-Lac, il consiste à fournir aux apprentis un ordinateur portable, assorti d’une housse et de la suite Office. «L’entraide sociale fait partie de l’ADN du club. Du reste, nous soutenons déjà les apprentis sur plusieurs autres projets locaux, précise Nicolas Bonnet, président du club Genève-Sud. Comme Freyzel et Natnael, bon nombre de Rotariens sont eux-mêmes issus d’une formation professionnelle initiale. Cela nous tient donc à cœur de valoriser cette voie de formation qui offre de nombreux débouchés directement après l’obtention du diplôme.»

Avant tout un prêt

Ordinateurs en main et sourire aux lèvres, les deux bénéficiaires ne boudent pas leur plaisir: «Notre travail sera désormais plus commode, rapide et donc efficace.» Fini le temps de se disputer l’ordinateur familial. Adieu l’inconvénient de ne pouvoir travailler qu’à l’école pendant les horaires d’ouverture de la médiathèque. «Toutefois, rappelle Nadia Ourrad, il faudra en prendre soin: il s’agit d’un prêt tout au long de l’apprentissage. Le projet vise aussi à valoriser le travail et l’investissement des apprentis. C’est donc seulement à l’obtention de leur diplôme qu’ils pourront conserver l’ordinateur en guise de récompense.» Une motivation supplémentaire en vue de leur certification.

Des ateliers de bureautique

Le projet «e-apprentissage» ne s’arrête pas là. Afin d’aider les jeunes à développer leurs compétences dans le numérique et le digital, des mesures d’accompagnement sont prévues. Divers ateliers gratuits sont proposés à la Cité des Métiers et des cours d’appui seront proposés dans les différents centres de formation professionnelle. «Ce projet est un vrai catalyseur, puisque ces mesures seront destinées non seulement aux bénéficiaires du projet, mais également à tout apprenti qui souhaite améliorer ses compétences bureautiques», précise encore Nadia Ourrad.

Des ateliers auxquels participeront assurément les deux bénéficiaires. Lorsqu’on leur demande à quoi ils emploieront leur ordinateur en premier lieu, les réponses fusent. «Une présentation Powerpoint. Et dans mon temps libre, je m’inscrirai à des cours d’allemand en ligne», projette Freyzel Tereza. Quant à Natnael Okubazghair, c’est un devoir sur Word qui l’occupera ces prochaines semaines. «J’utiliserai également le portable pour parfaire mon CV et envoyer ma candidature. Dans six mois, je compte bien obtenir mon CFC et intégrer le marché de l’emploi», conclut-il.

SISP/16.12.2021/LE

Votre avis nous intéresse !
Partager cet article

La formation professionnelle à Genève

Consultez la brochure "Constats et données chiffrées 2021"

Afin de vous proposer le meilleur service possible, ce site utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation