Aller au contenu

«Il ne suffit pas d’aimer les enfants pour devenir éducatrice»

Le métier d’éducateur de l’enfance regroupe des tâches variées et exigeantes. Focus sur une future diplômée.

«Il ne suffit pas d’aimer les enfants pour devenir éducatrice», affirme Laïla Khalid, étudiante en dernière année à l’École supérieure d’éducatrices et d’éducateurs de l’enfance et passionnée par le développement des tout-petits. Ce métier social, souvent méconnu, ne se réduit pas à changer les couches ou à lacer des chaussures. En crèche, l’éducatrice de l’enfance (car les femmes sont majoritaires dans ce secteur professionnel) veille à la bonne évolution de l’enfant sur les plans moteur, cognitif, affectif et social. Elle élabore et active des projets pédagogiques, établit une relation de partenariat avec les parents, gère des équipes et anime des séances entre professionnels. Rien de moins. «Autant de responsabilités qui destinent bon nombre d’éducatrices et d’éducateurs à une carrière d’adjoint pédagogique ou de directeur de crèche», assure Valérie Alhéritière, directrice du Centre de formation professionnelle Social.

Aller plus loin
Si, à l’aube de sa vie professionnelle, Laïla Khalid ne vise pas encore d’aussi hautes sphères, elle est néanmoins conquise par la formation. «En tant qu’assistante socio-éducative CFC, j’accompagnais déjà les enfants dans leur quotidien. J’ai cependant désiré approfondir mes connaissances afin de mieux comprendre les étapes du développement de l’enfant, d’aider davantage ce dernier dans les moments clés de la vie infantile. Je souhaitais également gagner en autonomie et en responsabilité», explique la future diplômée. Si la formation d’éducateur de l’enfance peut s’effectuer à l’école à 100% moyennant la réalisation de stages au cours de la formation, les diplômés d’un CFC d’assistant socio-éducatif comme Laïla Khalid ont la possibilité de la suivre également en emploi. «Je passe deux jours à l’école et le reste de la semaine au travail», confirme-t-elle. De quoi mettre en pratique les éléments théoriques récemment appris.

Un emploi assuré
Cours théoriques, ateliers pratiques et supervision sur le terrain, cette formation en école supérieure assure à ses diplômés un bagage important de connaissances et une employabilité maximale. «La loi à Genève exige un taux d’encadrement minimum de 60% d’éducateurs dans les crèches. À peine leur formation en école supérieure achevée, les éducateurs de l’enfance sont embauchés par les institutions», relève Valérie Alhéritière. De quoi en motiver plus d’un. Et lorsqu’on demande à Laïla Khalid quels sont ses projets futurs, cette dernière répond humblement: «Devenir maman. Cela me permettra peut-être de porter un autre regard sur mon métier. Celui du parent, parfois inquiet, qui doit laisser sa progéniture aux mains d’un autre.» Ou comment percevoir le métier d’éducateur à sa juste valeur.

Formation riche et variée
Trois questions à Renata Pegoraro, doyenne de l’École supérieure d’éducatrices et d’éducateurs de l’enfance.
À qui s’adresse la formation? La formation en trois ans s’adresse aux diplômés de l’École de culture générale et du collège. Il existe aussi un cursus en deux ans destiné aux assistants socio-éducatifs (ASE). Nous encourageons toutes les personnes intéressées par le métier et titulaires d’un diplôme de niveau secondaire II à entamer la formation, quel que soit leur profil.
En quoi consiste la formation? Elle se déroule en alternance entre, d’un côté, cours théoriques et séminaires en école et, de l’autre côté, formation pratique en situation d’emploi ou en stage. Les modules sont variés: sociologie des familles, droit, gestion de projets, coéducation, inclusion, création de matériel ludique, etc. Quant au dispositif de qualification, il est divisé en trois parties: un travail de diplôme, une évaluation de la pratique professionnelle et un entretien professionnel.
L’école supérieure admet toujours plus de candidats. Pourquoi? D’une part, la construction de crèches ne cesse d’augmenter. D’autre part, il y a une obligation légale d’embaucher 60% d’éducateurs de l’enfance dans ces institutions. Il est donc naturel d’augmenter le nombre de places de formation. À la rentrée 2021-2022, pour la première fois, cent étudiants ont été admis.

SISP-LE-31.3.2022

Votre avis nous intéresse !
Partager cet article

Développez votre potentiel professionnel avec viamia

Le check-up professionnel pour les personnes de 40 ans et plus

Afin de vous proposer le meilleur service possible, ce site utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation