Aller au contenu

Une formation qui conjugue mouvement, santé et sécurité

Dans les centres de remise en forme, les assistants en promotion de l’activité physique et de la santé proposent des programmes sportifs pour tous les âges.

Tout effort pour s’affranchir de la sédentarité, une des principales causes des maladies chroniques du XXIe siècle, est bénéfique pour la santé. Pas étonnant donc que la promotion de l’activité physique et d’un mode de vie plus sain prenne de l’ampleur dans notre société. De nouvelles salles de sport ouvrent régulièrement. Même les assureurs encouragent financièrement la pratique du sport. Pourtant, les professionnels formés pour assurer un suivi complet de la clientèle manquent à l’appel. C’est dans ce contexte que l’apprentissage d’assistant en promotion de l’activité physique et de la santé (APAPS) a été créé il y a une dizaine d’années « Notre branche est souvent confondue avec les salles de musculation ou les Crossfit, qui travaillent principalement avec des personnes déjà sportives. Mais notre domaine d’activité se situe avant tout dans le secteur de la santé. Nous nous occupons aussi des personnes de plus de 50 ans, des personnes atteintes de maladies non transmissibles et des personnes qui veulent vieillir activement», explique Claude Ammann, coprésident de l’association OrTra Activité physique et santé.


Des profils polyvalents recherchés


À Genève, l’apprentissage d’APAPS a débuté en août 2013. «Avant la création de ce CFC, les jeunes qui souhaitaient travailler dans le domaine du sport avaient le choix entre quatre ans d’université, avec la nécessité d’une maturité pour y accéder, ou des formations non diplômantes dans des écoles privées. Nous n’avions pas d’autres possibilités que d’employer du personnel non qualifié ou frontalier», se souvient Véronique Luppi, directrice d’Harmony Fitness et commissaire d’apprentissage. Les jeunes en fin de scolarité obligatoire peuvent désormais s’orienter directement vers cet apprentissage. Une formation qui semble correspondre aux besoins des professionnels du secteur. «Les titulaires du CFC répondent parfaitement aux différents critères, constate Véronique Luppi. C’est un vrai plus pour nos salles, cela augmente notre notoriété et notre réputation d’entreprise sérieuse et compétente.» Claude Ammann nous confirme que les jeunes diplômés APAPS ne manquent pas d’opportunités et trouvent immédiatement un emploi dans ce domaine qui connait une pénurie de personnel qualifié.


Un champion fit


Des opportunités d’emploi, Ahmed Hammad, 20 ans, ne va pas en manquer. Après avoir remporté les Swiss Skills en 2022, il termine cette année son apprentissage de trois ans comme APAPS chez Harmony Fitness à Versoix (GE). Sa motivation? «Pouvoir guider les gens dans leur pratique du sport mais aussi les aider à améliorer leur quotidien.» Car si l’intérêt pour le sport est un élément évident dans le choix d’une carrière d’APAPS, aimer transmettre sa passion pour un mode de vie équilibré et faire preuve d’aisance relationnelle sont des qualités indispensables pour cette profession. «J’ai été obèse pendant mon adolescence et je m’en suis sorti grâce au sport, confie Ahmed Hammad. C’est ce qui m’a donné envie d’en faire mon métier.» Le jeune homme est désormais au bénéfice d’une formation très polyvalente. Il est compétent pour établir, à l’attention de ses clients, un programme personnalisé, assurer un suivi de leurs progrès et les conseiller. Il dispense également des leçons individuelles et des cours collectifs. Sans oublier l’aspect commercial du métier. L’APAPS doit en effet savoir accueillir les clients, tenir à jour le fichier clientèle et manier la caisse enregistreuse.

Un CFC orienté vers la santé

Le plan de formation du CFC d’assistant en promotion de l’activité physique et de la santé (APAPS) prévoit environ 1440 heures de cours à l’école, à Neuchâtel, sur les trois ans d’apprentissage dual (sous contrat avec une entreprise formatrice). 50% du temps d’enseignement sont consacrés à reconnaître et promouvoir un mode de vie sain, 20% à l’alimentation, 20% à l’entraînement et les 10% restants aux activités administratives. Les diplômés peuvent ensuite envisager plusieurs perfectionnements. Il est désormais possible d’accéder aux filières bachelor du domaine Santé HES-SO après un CFC d’APAPS complété par une maturité professionnelle. Des brevets fédéraux complètent l’offre de formation.


Pour plus de détails: www.orientation.ch

Votre avis nous intéresse !
Partager cet article

Zoom Métiers 2023-2024

La nouvelle saison des Zooms Métiers revient avec un programme varié de 25 dates

Afin de vous proposer le meilleur service possible, ce site utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation