Aller au contenu

Le nouvel apprentissage d’installateur solaire offre des perspectives rayonnantes

Très attendue, cette nouvelle formation débute en août 2024. Apprentis et entreprises formatrices s’électrisent pour ce domaine en forte croissance.

Avec sa Stratégie énergétique 2050, la Confédération souhaite développer les énergies renouvelables, dont l’énergie solaire. Les toits et les façades recèlent un fort potentiel pour la production de cette énergie: ils permettraient de couvrir l’intégralité de la consommation d’électricité annuelle de la Suisse.

La solution? Installer des modules photovoltaïques qui transforment ce rayonnement solaire en énergie électrique, sans rejeter d’émissions. Le nouvel apprentissage d’installateur solaire appuie cette action.

Émulation

«Les bouleversements récents liés à l’approvisionnement énergétique et au prix de l’électricité ont provoqué une émulation extraordinaire des partenaires du domaine solaire, enfin reconnus, s’enthousiasme Yannick Sauter, coordinateur romand auprès de Swissolar, à Yverdon (VD). Jusqu’alors formés sur le tas, avec des bases de formation diverses, les professionnels du secteur ont conçu (en un temps record de dix-huit mois) un apprentissage d’installateur solaire CFC (en trois ans) et de monteur solaire AFP (en deux ans), intégré au domaine de l’enveloppe du bâtiment.»

Polybat ouvrira en août prochain, aux Paccots (FR), une classe de première année avec plus de 20 apprentis attendus. Et une classe de troisième année qui accueillera des apprentis en formation complémentaire, des personnes en réorientation et en formation d’adulte.

«La rapidité liée à l’effervescence du marché et l’efficacité des acteurs professionnels est une première pour le SEFRI (ndlr: Secrétariat d’État à la formation, la recherche et l’innovation). Le lancement du CFC en 2024 et déjà une première volée de diplômés en 2025!» continue-t-il.

Le boom solaire

Après vérification des plans, ces professionnels du solaire fixent le système de montage, posent les panneaux solaires et les câblages électriques. Ils installent des solutions de stockage d’électricité et, le cas échéant, réparent les pannes simples. Si l’installation est hors d’usage, ils la démantèlent de manière à respecter l’environnement.

Le travail en équipe pluridisciplinaire (menuisiers, électriciens, etc.) fait partie de leur quotidien, comme la communication et la relation avec les clients.

Vu le boom actuel du solaire, l’employabilité d’un professionnel formé est maximale et les débouchés nombreux, de l’entreprise spécialisée à l’entreprise électrique, de couverture, ou des grandes entreprises telles que les centrales électriques, etc. Et avec de l’expérience, il pourra se mettre à son compte.

«Tout le monde s’intéresse au solaire (individus et entreprises avec l’objectif double de réduire sa facture d’électricité et d’être acteur de la transition énergétique, confirme Kévin Raufaste, directeur commercial auprès de PrimeEnergy, à Genève, qui embauchera un apprenti en 2024. Pouvoir compter sur un seul professionnel pour le montage complet d’une installation solaire est une évolution nécessaire dans notre secteur.»

Tout une gamme d’évolution professionnelle

Trois questions à Sébastien Cettou, responsable formation professionnelle Suisse romande, à Polybat.

Un apprentissage raccourci est-il possible?

Oui, en fonction de la formation de base du candidat. Avec un CFC apparenté (technique du bâtiment, construction, etc) ou une Maturité gymnasiale/spécialisée, c’est un passage en deuxième année. Les CFC de l’enveloppe du bâtiment (couvreur, façadier et étancheur), les charpentiers et ferblantiers (moyennant expérience solaire) passent en troisième année. Sans oublier les adultes avec une expérience dans le domaine.

Cette formation permet-t-elle la Maturité professionnelle?

Bien sûr! Elle peut s’effectuer pendant ou après l’apprentissage. Toute une gamme d’évolution professionnelle (brevets fédéraux) est également envisageable.

Comment chercher une place d’apprentissage?

Le site www.formation-solaire.ch, sous la rubrique «places d’apprentissage», permet de chercher stage et place d’apprentissage. Ce site collecte les demandes d’entreprises suisses ayant l’intention de former dans le solaire.

SISP/ES/01.02.2024

Votre avis nous intéresse !
Partager cet article

Zoom Métiers 2023-2024

La nouvelle saison des Zooms Métiers revient avec un programme varié de 25 dates

Afin de vous proposer le meilleur service possible, ce site utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation