Aller au contenu

Trouver une place d’apprentissage après le CO: «La persévérance est la clé»

À Genève, Go-Apprentissage facilite la transition directe des élèves du Cycle d’orientation vers la formation professionnelle en entreprise. Un défi.
(Photo: Georges Cabrera)

Parler de soi quand on questionne encore son identité, gérer les refus alors qu’on est plus vulnérable aux émotions fortes: au cœur de l’adolescence, chercher une place d’apprentissage tient du passage abrupt au monde des adultes.

«Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi difficile!» Du haut de ses 15 ans, Kristian Kouzmanov porte un regard à la fois lucide et mature sur son expérience. Élève de 11e année au Cycle d’orientation du Foron à Thônex, il vient de décrocher son précieux contrat de formation duale. Entre espoirs, désillusions et opportunités, il a notamment pu compter sur le soutien déterminant de sa conseillère Go-Apprentissage, Dorith Détry.

Mission apprentissage

Lancée en 2016 dans quatre établissements pilotes, la prestation Go-Apprentissage est aujourd’hui déployée dans les 19 cycles d’orientation du canton de Genève. Elle entend stimuler la formation professionnelle et permettre aux élèves dont c’est le projet de trouver une place d’apprentissage en entreprise.

La mission est confiée à des spécialistes du placement et du coaching intégrés au milieu scolaire. Et ce n’est pas une sinécure: «Les jeunes que je reçois sont très enthousiastes, mais les démarches sont complexes et sélectives. Je les aide à appréhender les exigences des employeurs dans le métier qu’ils ont choisi et les accompagne dans toutes les étapes du processus de recrutement, de la réalisation du dossier de candidature à la simulation des entretiens en passant par l’envoi de courriels», explique Dorith Détry.

L’art de rebondir

Déterminé, Kristian sollicite Dorith Détry en 10e année déjà. Bon élève, il vise une place d’apprenti employé de commerce dans une banque. Hélas, son dessein se cogne à la réalité d’un secteur particulièrement exigeant. «J’ai postulé partout, mais les rares réponses que j’ai reçues étaient négatives. Je pensais avoir épuisé toutes mes options.»

Il en faut plus pour décourager le jeune sportif. Drillé par sa conseillère Go-Apprentissage, il élargit ses horizons et renforce son dossier de candidature avec un stage d’orientation dans une fiduciaire.

Finalement, l’immobilier lui ouvre ses portes. «À force de faire des dossiers et de passer des entretiens, je savais ce qu’on attendait de moi. Il faut parler de ses qualités, mais aussi montrer son intérêt pour l’entreprise.» Kristian est, enfin, sélectionné par une régie immobilière à l’issue d’un stage face à six autres candidats.

Aussi grâce aux parents

«J’ai dû manquer des entraînements de basketball et rattraper des cours pour assurer mes postulations. J’ai même remonté mes notes. Mes efforts ont fini par payer, c’est une belle leçon», réagit le futur apprenti.

«La persévérance est la clé de la réussite. Le suivi de Go-Apprentissage et le soutien des parents favorisent le maintien de la motivation», commente Dorith Détry.

D’origine bulgare et professeur à l’Université de Genève, Kalin Kouzmanov ne savait pas dans quoi s’aventurait son fils. Mais il l’a épaulé avec bienveillance. «C’était dur de voir Kristian déçu en dépit de son investissement, mais sa mère et moi le savions entre de bonnes mains et nous l’avons réellement vu grandir. Il nous a épatés.»

Un quart des élèves de 11e année font appel à Go-Apprentissage. «Les résultats sont encourageants. Notre travail collaboratif avec les psychologues conseillers en orientation, le corps enseignant et les milieux professionnels doit se poursuivre», insiste Dorith Détry.

«Encourager les entreprises à former des apprentis»

Trois questions à Karin Petitdemange Niederhauser, directrice du Service de la formation professionnelle à l’OFPC.

Comment favoriser l’apprentissage dual dès le terme de la scolarité obligatoire?

Nous souhaitons valoriser la formation professionnelle et mieux faire connaître les exigences et potentialités immenses des différentes filières aux élèves, parents et enseignants. D’autre part, le nombre de places d’apprentissage doit encore augmenter chaque année afin de donner une chance aux jeunes de concrétiser leur projet.

Quelles sont les actions de l’OFPC pour les jeunes du CO en quête d’une place d’apprentissage?

Go-Apprentissage est une prestation de coaching proposée aux élèves du Cycle d’orientation au sein même des établissements. Citons aussi les recrutements en direct, dont certaines sessions sont dédiées uniquement aux jeunes du CO. Le journal «Le Génie des métiers» est aussi une source d’inspiration et d’information pour les parents et les jeunes.

Et pour convaincre les entreprises à former davantage?

L’OFPC et les associations professionnelles font un important travail de prospection et de soutien pour encourager les entreprises à former des apprentis et faciliter leurs démarches. En 2023, 10% de contrats supplémentaires ont été signés et les efforts se poursuivent en ce sens. Rappelons aussi que les entreprises formatrices sont avantagées dans le cadre des adjudications des marchés publics.

Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue (OFPC) Genève

SISP/JW/13.06.2024

Votre avis nous intéresse !
Partager cet article

Vérifiez en ligne si vous avez obtenu votre AFP ou votre CFC

Consultez les résultats aux procédures de qualification 2024